headBlack Sun

vin pMerci à vous de m'avoir fait voyager dans ces étranges endroits délicieux :
ceux sombres reculés, si vivants, excitants et chargés d'histoire,
Mais aussi ceux que mon esprit a fini, après quelques travaux de destruction de mes codes bien établis, par modeler en se basant sur l'imaginaire pur que seuls vos lecteurs auront eu la chance de fouler.
De nous décrire et faire vivre l'amour si grand et infaillible auquel nous aspirons tous,
De faire tomber les masques de la déshumanisation,
Pour ces rencontres folles et colorées mais, et j'y crois vraiment, pas si décalées que celles que nous faisons quotidiennement. Peut être simplement beaucoup plus honnêtes.

La création finale d'un yin yang céleste et presque visible nous conforte à l'esprit que sans prise de risque ni determination, sans passion ni sacrifice rien a de valeur réelle et encore moins l'amour.
Qui nous rappelle aussi que ce n'est pas le métal dont le trophée est fait qui lui donne sa valeur, mais bien la quête harassante effectuée pour l'atteindre.
Et quelle quête extraordinaire...
Comme la mise à nu d'un amour qu'il soit charnel ou spirituel,
la crainte est bien celle que l'être aimé, finalement, garde son masque de tissu ou son stoïcisme. Pas de crainte de la part de notre auteur qui nous livre ses fantasmes et son "moi d'encre" sans détour

Eric sn pPar Eric, ancien physicien : Nouvelle critique de "Soleil noir∑" paru aux éditions Badrya :

"Je me prénomme Éric, j'ai 57 ans et je travaille dans le domaine des brevets dans une société du CAC 40. J'ai une formation scientifique (doctorat en matériaux) et j'ai acquis au cours de mes études des connaissances dans le domaine de la physique quantique.

C'est le pur hasard qui m'a fait rencontrer Rodolphe. Il m'a parlé de son livre "Soleil noir∑" et tout de suite j'ai voulu en savoir plus. Ce qui m'a plu dans ce livre c'est ce savant mélange entre la science (physique quantique) et la fiction. Les quatre personnages sont complémentaires et touchants. J'ai été tenu en haleine de page en page et surtout j'ai eu du plaisir à lire. De la poésie, de la science, de l'amour, de l'aventure, du suspense, tous les ingrédients d'un bon roman sont là.

Merci à Rodolphe."

mayeurrrrrr pCritique de Soleil noir∑ par Céline Mayeur, écrivaine à "La collection Paulette", romancière aux Editions du 38 et auteur aux Editions Terriciaë :


"Ayant adoré le recueil de nouvelles fantastiques « le parfum tombé du ciel », je ne me suis pas privée de lire le nouvel opus de Rodolphe Hurlot, un roman s’intitulant « Soleil noir∑ ».


Je qualifierais ce soleil d’ «OVNI littéraire » tellement il me semble inclassable. Il surprend par son écriture à la fois poétique et moderne et un genre fantastique s’inscrivant dans un monde réel et abordant des thématiques de science-fiction.
Ainsi, les amateurs de poésie et autres fans de Poe, Nerval ou Baudelaire se plairont à effeuiller ce roman empli de métaphores et de merveilleuses trouvailles littéraires serties de mélancolie et d’insolence. Ceux qui préfèrent se délecter des œuvres de Barjavel, Asimov ou Werber, retiendront surtout les expériences scientifiques époustouflantes décrites sur une note d’humour, ce qui en facilite grandement la lecture.
Parlons de l’histoire à présent : C’est une histoire d’amour virtuelle entre le français Lyrian et l’américaine Alyxia qui se termine mal puisque la belle décède avant la date prévue de leur rencontre. De cette tragédie nait une odyssée de la mort. Alexandre, le meilleur ami de Lyrian qui est médaillé Fields, l’aide à défier les lois de la nature pour que ce dernier la retrouve. Afin que le mystère demeure entier, je ne peux en dire davantage.
Pour conclure, j’ai pris plaisir cet été à m’exposer sous ce soleil noir. J’applaudis le travail de recherche de son auteur. Le mélange prose poétique, humour et science est détonnant : un vrai feu d’artifice. Je le conseille vivement !"

Céline Mayeur

Critique de "Soleil noir∑" par 

Isab p

 

 

Isabelle Ruiz, Metteuse en scène et comédienne à la Compagnie El Paso.

 

 

 

"Soleil noir∑... un roman qui vous envahit de façon assez fulgurante... comme une histoire d' amour qui vous tomberait dessus... une montée du désir. Lyrian le personnage principal de cette étrange histoire est un homme qu 'on pourrait croiser ici ou là... mais qui se découvre un élan amoureux formidable pour une femme... sa part manquante dirait Bobin... son âme sœur...La rencontre... qui va faire tout basculer dans sa vie... jusqu'à emmener le lecteur de l'autre côté du miroir... on ne sait plus si c est de la magie... du fantastique ésotérique... Il demeure cette question chez moi lectrice... est ce que l 'amour ne peut survivre que dans la mort ?.. en résumé... une histoire d amour teintée de philosophie... de poésie... d'ailleurs...mais qui parle à chacun... aujourd'hui... une belle écriture..."

Soleil noir∑ de Rodolphe Hurlot
compte rendu de lecture de Monsieur Deberitz, responsable éditorial d'une maison "concurrente".


Tout d’abord, une impression générale ;
J’ai adoré cette histoire et le style général de son écriture. Je qualifierai ce roman de conte fantastique et poétique, je ne sais pas si tu seras d’accord avec cette qualification.
Comme je l’avais pré-senti, je retrouve ici l’esprit de la fiction, du fantastique et de la poésie mêlés, que j’avais tellement adoré chez René Barjavel dans son sublime livre « La nuit des temps ».
J’y retrouve aussi une belle modernité dans l’écriture qui fait cependant la part belle à la précision, à la richesse du langage, à une syntaxe et une orthographe rare et donc agréable.
Le rythme aussi du déroulement de l’histoire est adapté et nous entraîne au terme sans jamais nous ennuyer.
Les personnages sont attachants et leurs interactions empreintes d’humanité (même pour Laura), permettent d’éloigner la froideur apparente du sujet abordé et sous jacent ; la mécanique quantique.
En ma qualité de béotien de la mécanique quantique et même sans avoir totalement compris les explications données sur les ondulations d’atomes, l’ensemble permet de percevoir et d’accepter, sans être perdu, le cheminement intellectuel de cette histoire.
J’ai aussi pris beaucoup de plaisir à voir se rencontrer dans cet ouvrage les auteurs prestigieux qui forment tes bases littéraires, j’ai principalement apprécié cette rencontre imaginaire avec Gérard de Nerval et qui proposent à notre réflexion, selon moi, les hypothèses suivantes :
La physique quantique est-elle en fait la science des poètes ?
La compréhension des arcanes de notre univers se trouve-t-elle dans la rencontre et la complémentarité des poètes et des scientifiques ?
Le langage poétique n’est-il pas la seule approche Newtonienne permettant d’appréhender pour les non scientifiques la conceptualisation de la mécanique quantique ?
Perspectives réjouissantes d’une indispensable complémentarité et éternel débat entre le concret et l’impalpable.
La quête de Lyrian m’interpelle car elle est celle d’un utopiste clairvoyant, d’un pragmatique rêveur, d’un terrien ouvert à l’incompréhensible. D’un passionné décidé à rester en accord avec lui-même tout en acceptant son destin et l’inconnu.


Monsieur Deberitz, responsable éditorial